Communiqués de presse diffusés en 2016

Constructions scolaires à Mayotte

 
 
Constructions scolaires à Mayotte

La ministre de l’Éducation Nationale, Najat Vallaud-Belkacem, a posé la première pierre du chantier en juin dernier, neuf mois plus tard, depuis le 21 mars 2016, l’école T17 de Labattoir est partiellement ouverte avec neuf classes en fonctionnement.

Le Préfet de Mayotte, Seymour Morsy, a visité les différents bâtiments de cet ensemble, aux côtés de l’équipe du maire de la commune, Saïd Omar Oili, ainsi que la conseillère départementale de Dzaoudzi-Labattoir et 1ère vice-présidente du Conseil départemental, Fatima Souffou.

Une enveloppe conséquente a été allouée à ce projet au titre de la dotation spéciale de construction et d’équipements scolaires (DSCEES), pour la construction de 17 salles de classe, deux réfectoires et la réfection d’un terrain de sport.

Un effort d’investissement de l’État sans précédent

Pour 2014 et 2015, l’État a investi via la DSCEES près de 25,7 millions d’euros pour construire ou réhabiliter des salles de classes et des réfectoires avec :

• 217 classes et réfectoires réceptionnés à ce jour

• un taux de réalisation sur la programmation 2014 établi de 100% s’agissant des salles de classes neuves et de près de 84% s’agissant des rénovations

En 2015, 11,8 millions d’euros ont été attribués aux 17 communes de Mayotte permettant ainsi la construction de 116 classes, la rénovation de 57 salles de classe et la construction de 5 réfectoires.

Pour 2016, l’État poursuivra son effort d’investissement au profit de la jeunesse puisqu’un nouvel appel à projet a été lancé auprès des 17 communes qui ont déposé leurs nouvelles demandes de subventions. L’instruction des dossiers va se poursuivre jusqu’à fin avril 2016,date à laquelle les avis des services de l’État (DEAL et Vice-Rectorat) seront communiqués à la Préfecture.

Une programmation pluriannuelle sur 4 ans, dès cette année et jusqu’en 2019, est en cours d’élaboration pour permettre une meilleure visibilité des investissements, en concertation avec les communes via la commission départementale consultative de répartition de la DSCEES.

 
 

A lire également :