Communiqué de presse

Discours de Frédéric Veau - Voeux 2017

 
Discours de Frédéric Veau - Voeux 2017

Discours de M. Frédéric Veau, Préfet de Mayotte, prononcé à l'occasion de la présentation de ses vœux aux personnalités du département, le 20 janvier 2017.

Messieurs les parlementaires,

Monsieur le Président du Conseil Départemental,

Monsieur le maire de Dzaoudzi, Président de l’association des Maires,

Mesdames et Messieurs les maires,

Mesdames et Messieurs les élus,

Madame la Conseillère économique et sociale,

Monsieur le Président du tribunal de Tribunal de Grande Instance,

Monsieur le Procureur de la République ,

Mesdames et Messieurs les directeurs et chefs de services de l’État et des collectivités locales,

Messieurs les officiers,

Messieurs les présidents des chambres consulaires,

Mesdames et Messieurs en vos grades et qualités,

Mesdames et Messieurs,

Je suis très heureux de vous accueillir aussi nombreux, ici, à la Case Rocher, pour cette cérémonie des vœux. La cérémonie des vœux est l’une des occasions, dans l’année, de rencontre et d’échanges entre toutes celles et tous ceux qui exercent ici à Mayotte des responsabilités.

Je souhaite que ce moment d’échange vous soit agréable.

L’année 2016 s’est terminée. Elle aura été une année difficile.

Pour l’Europe d’abord. L’Europe s’est agrandie. Son assise territoriale rejoint désormais à sa géographie. Mais à 28 ou 27 États membres, l’ensemble est devenu beaucoup plus délicat à manœuvrer. Des conflits majeurs se déroulent à proximité de ses frontières extérieures : la zone syro-irakienne et, même si l’on en parle moins, en Ukraine. L’Europe est confrontée à une vague migratoire sans précédents. Au travers de la Belgique, de la France et de l’Allemagne, elle est victime du terrorisme, nouvelle forme de guerre. Enfin, elle est déstabilisée par le BREXIT, auquel personne ne croyait, mais que l’on voyait pourtant venir. Cependant l’Europe c’est aussi la plus longue période de paix que le continent n’ait jamais connu, L’Europr c’est l’un des plus vastes espace de libre circulation au monde, l’Europe c’est une monnaie solide de dimension mondiale, la solidarité entre les territoires, dont Mayotte bénéficie.

En 2016, notre pays aura connu aussi son lot d’épreuves, à commencer par les nouvelles attaques terroristes du milieu d’année.

Ces crimes, ciblés ou aveugles, touchent chacun d’entre nous. Face à cette menace qui persiste à un niveau élevé, la vigilance et la mobilisation sont indispensables. Nos forces armées y contribuent beaucoup sur les théâtres d’opérations extérieurs notamment. Nos forces de sécurité intérieures sont particulièrement sollicitées aux frontières et sur notre territoire. Pour la puissance publique, protéger les Français est plus qu’un objectif premier, c’est un devoir.

Nous avons eu également, en 2016, des signaux d’encouragement pour notre pays : un début de baisse de chômage, des signes de reprise de l’activité économique dans plusieurs régions, la reprise des investissements des collectivités locales.

S’agissant des investissements privés, la possibilité que les taux d’intérêts, historiquement bas, remontent dans les mois qui viennent, doit inciter à investir rapidement.

Mayotte a connu en 2016 des événements marquants voire difficiles. Il y a eu, au premier semestre, l’enchaînement entre les mouvements sociaux, les violences urbaines et les faits de pure délinquance. Il y a eu la montée de l’insécurité en ville, sur les routes, sur les espaces de loisirs.

Il y a eu les décasages de Mai et Juin dont la conséquence immédiate a été l’occupation de la place de la République.

Il y a eu ce trop long conflit dans l’enseignement primaire et les dégradations d’établissements qui sont la négation même du dialogue social. Et les premières victimes de ce conflit, ce sont les enfants privés d’école.

Nous continuons enfin de vivre la crise de l’eau – Cette crise est la conséquence d’un retard de 2 mois et demi de la saison des pluies. L’ensemble de l’océan indien est touché par le phénomène. A l’Est il pleut beaucoup plus que d’habitude.

A l’Ouest, c’est la sécheresse, qui touche aussi nos voisins. J’y reviendrai.

Mais nous avons connu aussi des signes positifs :

- La relance de la commande publique s’est confirmée à un niveau supérieur à 170 M€ - Les travaux de l’hôpital de Petite Terre ont démarré – Avec 280 logements programmés la relance du logement social est effective.

- La programmation du contrat des plans et fonds européens est entrée en régime de croisière : nous avons atteint le seuil des 25 % de programmation en fin d’année, objectif qui n’était pas facile à atteindre il y a ne serait-ce que 6 mois en arrière.

- La ligne aérienne directe et depuis Paris est une réalité et, à chaque fois que je l’utilise, le niveau de remplissage de notre Dreamliner me rend optimiste sur sa pérennité et son développement.

- Le nouvel amphidrôme, Polé, contribue à une nette amélioration de la desserte entre Petite et Grande Terre.

L’arrivée de son navire jumeau, dans quelques semaines va encore améliorer la situation.

- Nous avons également progressé dans le domaine de l’action sociale avec l’installation d’une maison départementale des personnes handicapées de plein exercice, avec la signature d’un schéma départemental de services aux familles, avec la définition en cours, avec le conseil départemental, d’une politique d’aide sociale à l’enfance indispensable dans un département dont la moitié de la population à moins de 17 ans et demi.

- Comment oublier enfin le comportement exemplaire, la cohésion, les résultats et le sourire de nos jeunes revenant des jeux des jeunes de l’océan indien.

2017 a commencé. Ce sera pour la France et pour Mayotte, une année de choix démocratiques avec successivement les élections présidentielles, législatives, puis sénatoriales. Représentant de l’État, j’entrerai comme il se doit dès la fin du mois de mars dans une période de réserve électorale de près de 3 mois.

Pour autant, l’État à Mayotte continuera à mettre en œuvre, avec dynamisme et volonté les politiques publiques au service de notre île et ce, en lien étroit avec chacune et chacun d’entre vous.

En 2017 nous serons plus que jamais mobilisés sur les missions régaliennes de l’État et sur le développement de Mayotte.

La première des missions régaliennes de l’État, c’est la sécurité des mahoraises et des mahorais. Nos concitoyens de Mayotte y sont particulièrement attentifs et ce, à juste titre . Depuis juin 2016 nous mettons en œuvre le plan sécurité pour Mayotte.

Les renforts qui sont arrivés et l’évolution de nos méthodes du travail portent leur fruit. Sur la totalité de 2016, nous observons un début de stabilisation de la délinquance générale : alors que la progression de l’ensemble des faits constatés avait été d’environ + 15% les deux années précédentes, elle est ramenée à + 2,2% entre 2015 et 2016.

Si nous entrons un peu plus dans le détail, nous observons une baisse des atteintes aux biens de - 10% et en particulier des cambriolages : - 17 %. En revanche, les atteintes aux personnes continuent de progresser autour de + 20%; C’est un sujet de préoccupation sur lequel nous continuerons à agir.

Au cours de l’année, la délinquance avait continué de progresser de façon importante au 1er semestre – Elle a en revanche baissé sur les 3 derniers mois de l’année, au moment où le dispositif du plan sécurité est entré en vigueur. Nous reviendrons sur les chiffres avec le Procureur de la République en début de semaine prochaine.

Cette évolution est positive, mais elle est aussi fragile – Les événements du week-end dernier l’ont montré à tous. Toutefois l’alignement dans des écrits à sensation de faits qui n’ont pas forcément de lien entre eux ne constitue pas une tendance.

Avec les services de sécurité, auxquels je veux rendre hommage, nous restons quotidiennement mobilisés à la fois au travers d’opérations d’ampleur, comme mercredi dernier, mais aussi d’un travail quotidien de sécurité publique. Pour ce week-end, la présence des forces de police et de gendarmerie sera renforcée au sud de Mamoudzou. Et je peux vous indiquer que le travail des services de police et de gendarmerie s’est traduit par deux premières interpellations en lien avec les agressions sur les routes.

L’État poursuivra ses efforts en matière de lutte contre la pression migratoire. Vous le savez, en 2016 nous avons procédé à près de 23 000 éloignements d’étrangers en situation irrégulière. Chaque jour, samedi, dimanche et jours fériés inclus, a lieu une opération de lutte contre l’immigration clandestine. Nous avons revu le dispositif de lutte contre l’immigration clandestine en mer. Plus de 430 barques ont été interceptés en 2016. Nous poursuivrons ce travail en 2017.

S’agissant des premières demandes de titre de séjour reçues en Préfecture, leur nombre a diminué de 32 %, de plus de 17 000 en 2015 à environ 12 000 en 2016. Nous avons délivré environ 8 000 titres en 2016, contre 8 700 en 2015. Nous avons accru la rigueur de l’instruction des demandes en mettant l’accent sur la validité des certificats hébergement ou l’authenticité des actes d’état – civil.

La gestion de la pression migratoire à Mayotte est un perpétuel équilibre à trouver entre fermeté dans l’application des textes et humanité dans le traitement des personnes.

Je reste conscient que la lutte contre l’immigration clandestine demeure, ici à Mayotte, un enjeu de stabilité sociale.

Parmi les missions régaliennes de l’État, il y a la protection de nos concitoyens. Gérer la crise de l’eau fait partie de cette mission. La saison des pluies a 2 mois et demi de retard. Les dernières prévisions de météo France à 4 semaines ne sont pas optimistes.

Il faut nous attendre à devoir gérer la rareté de l’eau pendant plusieurs semaines encore. Les efforts très importants réalisés par nos concitoyens du sud ont permis de stabiliser la retenue de Combani, mais à un niveau de remplissage très bas. Au nord la retenue de Dzoumogné diminue peu à peu. Plus que jamais il est indispensable d’avoir, individuellement et collectivement une gestion très économe de l’eau. Une mission d’experts de la sécurité civile est parmi nous pour nous aider à mobiliser le plus de ressources possibles et voir comment nous pouvons éviter l’épuisement de nos réserves. Sur la base de ses travaux des mesures de gestion opérationnelles seront très vite prises.

Nous travaillons aussi sur les mesures qui nous permettrons d’anticiper les prochains étiages : mettre en place l’inter commissions définitive des réseaux, limiter les pertes entre la réserve et Combani et l’usine de potabilisation, rehausser le niveau de la retenue, aller au plus vite sur la 3ème retenue.

Aujourd’hui nous gérons la crise. Dès à présent nous devons anticiper sur les prochains années.

Dans le respect des compétences des collectivités locales, l’État se place en animateur, en fédérateur et en pilote des actions de sécurisation de la ressource en eau à conduire.

En 2017, l’État continuera à être un acteur du développement de Mayotte, dont le programme Mayotte 2025 a fixé le cadre.

Le chantier de la départementalisation va se poursuivre.

Le conseil départemental organise, la semaine prochaine, un colloque sur le toilettage institutionnel de notre île. Cela me paraît positif d’avoir une approche dynamique sur la question de la collectivité de Mayotte et la façon dont elle peut exercer les compétences départementales et régionales.

La situation de l’intercommunalité est difficile. Au sud, il nous faut attendre que les contentieux électoraux soient purgés pour avoir un éxécutif stable. Au nord, la situation est encore plus complexe. Nous allons tenter de progresse, à petit pas, en respectant les paramètres prévus par la loi. Tout le territoire doit être ouvert par l’intercommunalité et l’équilibre entre les communes doit être respecté.

Nous avons dejà perdu beaucoup de temps . Dans une année électorale, nous risquons d’en perdre encore. Ceci n’est pas sans conséquences : financières avec des dotations qui repartent lorsque les intercommunalités ne fonctionnent pas, opérationnelles avec toute la question de la maîtrise d’ouvrage des opérations de développement économique local, de prise en compte de grands enjeux comme celui des déchets, compétence qui est passée aux intercommunalités le 1er janvier dernier.

La préfecture est là pour accompagner et aider les collectivités et leurs élus, pas pour s’y substituer.

Nous exerçons en 2017 le contrôle de légalité et le contrôle budgétaire avec un objectif avant tout pédagogique et d’appui, pas dans une logique punitive.

Je n’ignore pas les contraintes de la gestion locale ni la grande sophistication de notre droit. Notre objectif est de progresser ensemble.

La départementalisation en 2017, ce sera aussi l’application à Mayotte du code du travail de droit commun. Un travail important de consultation des partenaires sociaux a eu lieu depuis plusieurs mois autour de la DIECCTE. Il s’est agit de définir les adaptations au code du travail dont Mayotte avait besoin. Dans quelques semaines le projet sera officiellement présenté à la Commission Consultative du Travail et soumis à l’avis du conseil départemental. Puis il sera adopté par ordonnances dans le courant de l’année pour une entrée en vigueur, comme cela a été annoncé le 1er janvier 2018. Ce sera une étape majeure de l’application du droit commun qui pourra, comme le soulignent les organisations syndicales, en appeler d’autres.

Le soutien à l’investissement public demeure essentiel. c’est le principal moteur de l’activité économique à Mayotte.

Nous poursuivons la dynamique de programmation qui s’est engagée en 2016 sur le programme européen, le contrat de plan et les crédits logement. Dès le début du mois de février nous recevrons une délégation des services de la commission européenne pour adapter la programmation à l’évolution des enjeux de Mayotte avec la modernisation et la sécurisation des infrastructures portuaires, avec les dispositifs d’arrêt des avions en bout de piste sur l’aéroport, avec les enjeux de l’eau, qu’il s’agisse de al ressource comme de l’assainissement des services de l’État et particulièrement ceux du SGAR, demeurant à l’écoute et en appui des entreprises et des entrepreneurs pour leur apporter leurs concours dans leurs projets d’investissements et de développement,

La cohésion sociale sera aussi l’un des grands chantiers de 2017.J’ai évoqué l’aide sociale à l’enfance. Dans le plus jeune département de France, au sens démographique, la politique de la jeunesse est déterminante,

L’effort en matière d’éducation sera poursuivi, dans un contexte que j’espère plus serein. Vous savez que la ministre des outre-mer à doublé l’effort en matière de constructions scolaires du 1er degré . L’accompagnement de la jeunesse au travers de la politique de la ville des activités péri-scolaires, de la culture et du sport resteront d’éminents priorités.

Enfin, parce que les relations de Mayotte avec ses voisins ont des conséquences directes sur notre territoire et que nous pouvons, dans notre région développer notre influence, la relance de la coopération régionale sera à l’ordre du jour. Dans quelques jours, avec le président du Conseil départemental, nous accompagnons l’ancien ministre des outre-mer Jean jack Queyranne aux Comores qui a été mandaté par le gouvernement pour relancer le dialogue avec notre voisin.

Mesdames et Messieurs,

Cette longue intervention souligne les chantiers de 2017 pour Mayotte sont nombreux et d’ampleur. Tout au long de l’année, les services de l’État seront mobilisés pour faire preuve de réactivité face à l ‘événement, de créativité dans les actions à conduire et d’anticipation pour la préparation de l’avenir.

À l’aube de 2017, je souhaite à Mayotte de sortir du cumul des difficultés que nous avons connu depuis plusieurs mois, que nous puissions ainsi travailler dans la sérénité à la construction de l’avenir de notre île et qu’ainsi elle retrouve, vis à vis de nos compatriotes de la métropole, son visage d’île aux parfums,

A vous toutes et à vous tous, Mesdames et Messieurs,

Je veux vous souhaiter une bonne et heureuse année 2017, faite de santé, de joie et de bonheur dans vos vies personnelles et familiales et de réussite dans ce que vous entreprenez.

Excellente année 2017 à vous tous et à vos proches!

 
 

A lire également :