Communiqué de presse

BLOCAGE DU PORT – LE PREFET EXIGE LE DECHARGEMENT D’UN BATEAU

 
BLOCAGE DU PORT – LE PREFET EXIGE LE DECHARGEMENT D’UN BATEAU

Un bateau depuis avant-hier au mouillage devait être déchargé du fait de l’importance de sa cargaison.Compte tenu de la situation, et au regard de la décision du TA du 9 /10, le Préfet a demandé à MCG de traiter l’intégralité de la prestation.

Le 9 octobre dernier, le Tribunal administratif rendait une décision en faveur de la société Mayotte Channel Gateway (MCG), titulaire d’une délégation de service public (DSP) depuis le 1er novembre 2013, autorisant de manière exclusive MCG à réaliser les opérations de manutention et d’acconage sur le port de Longoni.

Depuis plusieurs décennies la société SMART exerce ce type de mission sur le site.

Au regard de cette ancienneté et des perspectives de développement portuaires dans les années à venir, au plus grand profit du département de Mayotte, le Préfet a personnellement tenu à ce qu’un accord puisse être trouvé entre le Conseil départemental, MCG et la SMART pour que cohabitent ces deux sociétés et qu’un certain nombre de missions soient confiées à cette dernière.

Fin décembre, un accord était trouvé, reconnaissant la présence portuaire de la SMART. Dans cet accord, il est explicitement prévu qu’une formation sera organisée pour son personnel ce qui permettra à terme, la manutention des grues acquises par MCG dans le cadre de la concession portuaires par les salariés de la SMART. Une rencontre s’est tenue ce jour avec les représentants du personnel autour de représentants du Conseil départemental et du Préfet et il a été décidé qu’un Conseil portuaire exceptionnel se tiendrait dans les plus brefs délais pour entériner cet important accord.

Par ailleurs, le groupe CMA-CGM, dans le cadre de son implication dans l’océan indien, contractait avec Mayotte Channel Gateway, pour que cette société prenne en charge les porte-conteneurs. Or, la semaine dernière, un bateau a dû être dérouté pour cause de blocage du port. Le coût financier de ce déroutage, le coût économique pour l’île et ses habitants est considérable. L’image même qui est donnée au niveau international est également lourd de conséquences.

Un deuxième bateau était depuis avant-hier au mouillage et il devait pouvoir être déchargé du fait de l’importance de sa cargaison : des produits de santé, d’alimentation ainsi que des produits dont notre département a besoin pour pouvoir traiter l’eau et la rendre potable.

Compte tenu de la situation, et au regard de la décision du Tribunal administratif du 9 octobre, le Préfet a demandé à MCG de traiter l’intégralité de la prestation.

Le Préfet souhaite qu’un partenariat durable et serein puisse être mis en place, dès que le Conseil portuaire aura validé les termes de la convention, ceci relève de la responsabilité du Département et des deux sociétés. Il en va de l’avenir des salariés employés par les deux sociétés et il induira des créations d’emplois sur le territoire. Il en va surtout de l’avenir de Mayotte et il est nécessaire pour la vie quotidienne des mahoraises et des mahorais.

 
 

A lire également :